« J’assume » : Emmanuel Macron droit dans ses bottes

Mercredi 28 avril, Emmanuel Macron a convié nos confrères du Parisien à l’Elysée pour parler sans langue de bois de son plan de réouverture du pays, dans ce contexte de crise sanitaire. Un long entretien publié aujourd’hui au cours duquel le président s’explique et assume, droit dans ses bottes.

A propos de


  1. Emmanuel Macron

Durant cet entretien, publié ce 29 avril, Emmanuel Macron évoque ses doutes, ses certitudes également et puis bien entendu cette sortie progressive du pays de ce confinement. Progressive car le président de la République ne veut pas prendre de trop gros risques. Quant à la question si le pays retrouvera sa “vie d’avant”, le chef de l’État l’admet, il “ne sait pas”. Mais dans les colonnes du Parisien, il assume. À commencer par les aides données par le gouvernement durant cette crise et ce “quoi qu’il en coûte”.

“J’assume totalement le ‘quoi qu’il en coûte'”, explique Emmanuel Macron quand nos confrères l’interrogent sur le jour où les aides accordées durant ce contexte sanitaire vont s’arrêter, et ce sans faire trop de dégâts. L’époux de Brigitte Macron assure que le gouvernement a “eu raison de le faire”. Ce grand affectif s’appuie par ailleurs sur l’exemple de la crise économique mondiale de 2008-2010, appelée par les anglophones Grande Récession. Une récession dans laquelle la plupart des pays est entrée, qui a été “deux fois moins forte” en France qu’en Allemagne, “mais a détruit 7 fois plus d’emplois”. “Là, nous n’en détruisons pas plus, car on a protégé les emplois existants”, estime-t-il.

✅❌ Le calendrier du déconfinement https://t.co/CcBQvMTcyT pic.twitter.com/cXUr0rz9XF

“Ce sera du cousu main”

Emmanuel Macron fait un état des lieux économique après cette première année de Covid-19. “Le chômage n’a pas explosé, ni les faillites”, explique le chef de l’État. Il déclare qu’il va falloir être vigilant dans les semaines à venir afin de continuer à accompagner les entreprises dans ce redémarrage d’activité. Et il compte bien maintenir les aides économiques d’avril même lorsque certains commerces pourront réouvrir le 19 mai. Des aides qui se feront par la suite au prorata de la reprise d’activité et seront adaptées à chaque secteur. “Ce sera du cousu main”, admet-il, prudent mais confiant.

Crédits photos : Jacques Witt/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet