INTERVIEW – Camélione (The Voice) victime de harcèlement scolaire : « Je me suis réfugiée dans la musique »

Ce samedi 27 février, les téléspectateurs de The Voice ont découvert la jeune Camélione. Elle a touché tout le monde en plein coeur aussi bien par son interprétation que son histoire personnelle.

A propos de

  1. Vianney

La jeune Camélione a ému les téléspectateurs en interprétant L’effet de masse, chanson magnifique de Maëlle, une gagnante de The Voice. Les coachs de l’émission de TF1 n’ont pu qu’être touchés puisque son interprétation vibrante faisait écho à son histoire personnelle. À l’adolescence, Camélione a été victime de harcèlement scolaire. Libérée de ces agissements, elle vit désormais pour la musique et prend un plaisir non dissimulé à chanter les maux. Dans l’équipe de Vianney, la jeune femme devrait encore nous surprendre. Confidences.

Gala.fr : Comment êtes-vous arrivée jusqu’à The Voice ?
Camélione
: J’ai été contactée sur les réseaux sociaux, on m’a proposé de participer à l’aventure pendant le confinement. J’ai passé le casting et je suis arrivée sur l’émission.

Gala.fr : Faire The Voice avec ces conditions sanitaires devait être pour le moins étrange.
Camélione
: Au contraire, ça m’a fait du bien car ça fait longtemps que je n’étais pas monté sur une scène.

Gala.fr : Vous avez chanté ‘L’effet de masse’ de Maëlle face aux coachs. Une chanson qui a une résonance particulière pour vous qui avez été victime de harcèlement scolaire.
Camélione
: J’ai pris cette chanson qui, comme vous l’avez dit, est en rapport avec mon histoire. Maintenant j’ai fait un trait sur mon passé, ça fait longtemps et je vais très bien mais c’est un sujet qui me tient à cœur. Cette chanson est vraiment très belle et j’avais vraiment envie de la reprendre.

Gala.fr : À quel âge avez-vous été victime de harcèlement scolaire ?
Camélione
: Vers 13-14 ans.

https://youtube.com/watch?v=6zUxsrJqg14%3Frel%3D0%26showinfo%3D1

Gala.fr : Et comment s’en sort-on ?
Camélione
: En trouvant quelque chose à quoi se raccrocher justement. J’allais à l’école et après l’école j’allais dans l’Académie que dirige ma mère. Je faisais de la musique, de la danse, du théâtre… Je me suis épanouie là-dedans, je me suis surtout réfugiée là-dedans. Le chant me permettrait de m’épanouir et m’a donné du réconfort. Maintenant, je continue à chanter, même si le harcèlement s’est arrêté. Et j’ai aussi changé d’école.

Gala.fr : Comment se caractérisait ce harcèlement ?
Camélione
: Ça, je préfère le garder pour moi. Je ne veux pas rentrer dans les détails.

Gala.fr : L’écriture de chansons a été un refuge pendant cette triste période ?
Camélione
: Totalement, d’autant plus que j’adore les mots de la langue française. J’écris beaucoup de textes et j’ai envie de partager beaucoup de choses. La parole est un moyen de communication et la musique en est un autre, mais les deux assemblés, on ne peut trouver mieux.

Gala.fr : Parvenez-vous à chanter ces textes très émouvants ?
Camélione
: Je souhaite sortir ces chansons le plus vite possible. On y travaille.

“Je n’ai pas de revanche à prendre”

Gala.fr : Revenons à The Voice. On a pu assister à un moment magique avec Vianney, avec lequel vous avez chanté à la fin de votre prestation.
Camélione
: Oui, c’est génial. Je ne sais d’ailleurs toujours pas comment j’ai pu avoir le courage de lui demander de chanter avec moi. C’était une belle expérience et j’ai beaucoup de chance de faire cette émission.

Gala.fr : La participation a The Voice est-elle une revanche sur la vie ?
Camélione
: Non, car je n’ai pas de revanche à prendre. Je vais où je veux aller, par instinct. J’ai envie de vivre ce que j’ai envie de vivre.

Gala.fr : Et dites-nous, pourquoi Vianney, plus que Florent Pagny ?
Camélione
: Je suis fan et admirative de l’artiste qu’est Vianney. Son côté sensible me touche.

Gala.fr : Vous a-t-il donné des petits conseils ?
Camélione
: Oui, mais je ne pourrais pas vous en dire un, comme ça… Il faudra donc attendre la diffusion de la prochaine étape. (Elle rit).

Crédits photos : Bureau 233 / ITV / TF1

Autour de

Source: Lire L’Article Complet