Inceste : le producteur Gérard Louvin accusé par son neveu

Le 8 janvier, Olivier A., âgé de 48 ans, a déposé plainte contre son oncle, le producteur de télévision Gérard Louvin, et le mari de ce dernier, Daniel Moyne, pour des faits de viol et complicité de viols par ascendant dont il aurait été victime lorsqu’il était mineur, a rapporté Le Monde qui a pu consulter ce document.

A propos de

  1. Gérard Louvin

L’affaire Duhamel a sans nul doute aidé à libérer la parole. Début janvier, Camille Kouchner, la fille d’Évelyne Pisier et de Bernard Kouchner a sorti un livre La Familia Grande (Éd. Seuil) dans lequel elle levait le voile sur un lourd secret familial. Dans cet ouvrage, elle accusait son beau-père, le célèbre politologue Olivier Duhamel, d’avoir commis des actes incestueux sur son frère jumeau lorsque celui-ci était adolescent. Depuis la médiatisation de cette affaire, et alors qu’une enquête a été ouverte par le parquet de Paris, les langues se sont déliées et les victimes ont commencé à témoigner. Ce lundi 25 janvier, c’est une autre personnalité médiatique qui a été mise en cause. Il s’agit de Gérard Louvin, qui s’est récemment retrouvé accusé par son neveu, a fait savoir Le Monde.

Comme l’ont précisé nos confrères, qui ont eu accès au dossier, Olivier A., âgé de 48 ans, a en effet déposé plainte le 8 janvier contre le producteur de télévision et son mari, Daniel Moyne, pour “viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant”, “complicité de viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant” et “corruption de mineurs.” Un calvaire qui aurait, là encore, duré plusieurs années.” S’il dit avoir été “victime de nombreux actes d’agression sexuelle qui se sont aggravés jusqu’à l’âge de 14 ans“, Olivier A. aurait “dans un premier temps été victime de caresses et de masturbations”, avant d’être victime d’abus plus graves“, notamment “des fellations sur la personne de Daniel Moyne.”

Le livre de Camille Kouchner a été “un électrochoc”

La sortie en librairies du livre de Camille Kouchner a eu l’effet d’un “électrochoc” chez le neveu du célèbre producteur de télévision, qui s’est décidé à parler. S’il est conscient que les faits sont sans doute prescrits, cette plainte était “nécessaire” pour lui, comme l’a expliqué son avocat Me Debuisson à nos confrères du Monde. “Elle permet à mon client de formaliser, sur le plan judiciaire, et quelle que soit l’issue donnée, la possibilité de se voir reconnaître son statut de victime. C’est un élément essentiel pour pouvoir entamer un processus de reconstruction personnelle, mais aussi pour savoir s’il y a eu d’autres victimes.”

Gérard Louvin assure qu’il n’a “pas grand chose à se reprocher”

Contacté par le quotidien national, Gérard Louvin a démenti ces accusations : “Tout ça est faux, bien sûr, je n’ai pas grand chose à me reprocher, mais c’est une histoire d’argent”, a-t-il affirmé. Me Christophe Ayela, l’avocat de l’ancien chroniqueur de TPMP, a quant à lui souligné que ce dernier avait toujours été proche, et en très bonne entente, avec son neveu, et Daniel également” : “Il lui a donné du boulot et l’a aidé dans sa carrière”, a-t-il affirmé au sujet de son client qui se dit “sidéré de voir qu’il est sous le coup de menaces” de la part de son neveu. Et d’évoquer le volet financier, en affirmant que le producteur de télévision est victime d’un chantage permanent à l’argent de la part d’Olivier, parce qu’il pense que Gérard est très riche, donc il lui demande de l’argent sous peine de déposer plainte.”

À propos des accusations formulées par Olivier A., Me Christophe Ayela a fait savoir que “Gérard (Louvin, ndlr) conteste avoir par passivité ou complicité laisser faire quoi que ce soit, et encore moins avoir encouragé quoi que ce soit. Il conteste absolument avoir fermé les yeux sur ce qui aurait pu se passer à cette période. Ce qui s’est passé avec Olivier et d’autres personnes, ça ne le regarde pas.” Également mis en cause dans cette affaire, Daniel Moyne a tenu à réagir, par la voix de son avocate, Céline Bekerman, qui a précisé au Monde qu’il “nie évidemment les accusations en bloc”, soulignant que “l’affaire Duhamel a libéré la parole des victimes d’inceste, c’est une aubaine, mais ces affaires très graves ne doivent pas devenir des prétextes à des extorsions de fonds.C’est désormais à la justice de faire toute la lumière sur ces faits.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet