Hippocrate : 4 raisons de regarder la saison 2 de la série médicale à succès

La très attendue saga médicale revient ce lundi 5 avril 2021 sur Canal+ pour une saison inédite. Rythme de travail acharné, manque d’effectifs et de moyens, nombre de lits insuffisants… Un second volet aux frontières du réel.

Restez informée

Plus de deux ans après la diffusion de la première saison, l’équipe de médecins de Hippocrate est de retour. Cette fois, Alyson, Chloé et Hugo devront affronter un hôpital “qui prend l’eau”, sous l’autorité d’un nouveau chef de service des urgences, le docteur Olivier Brun. Huit nouveaux épisodes à voir et revoir sans modération (à condition d’avoir vu le premier volet), dès ce lundi 5 avril, sur Canal+ (deux épisodes chaque semaine).

Réalisée par un ancien médecin

Si la série mêle aussi bien réalité et fiction, c’est avant tout grâce à son réalisateur et scénariste Thomas Lilti. En 2016, cet ancien médecin généraliste raccroche la blouse pour vivre de son art, le cinéma. Et qui de mieux qu’un soignant pour raconter le quotidien de ses confrères ? Ici, l’hôpital ne se fout pas de la charité… Il lui rend même hommage en mettant en lumière ces héros du quotidien en période de crise. Un contexte que Thomas Lilti connaît bien puisqu’après l’interruption du tournage de la saison à cause du Covid-19, le cinéaste s’engage en tant médecin bénévole dans l’établissement hospitalier dans lequel il tournait, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Quand la réalité rattrape la fiction…

Au cœur de l’actualité

À l’heure où le monde est frappé par une pandémie, la fiction de Thomas Lilti arrive à point nommé. Bien que ce nouveau volet n’aborde pas directement le Covid-19, il dépeint avec brio la saturation actuelle et le manque de moyens des hôpitaux. “Les épisodes 7 et 8 n’étaient pas encore écrits. Nous nous sommes demandé si nous devions intégrer le Covid. Mais j’avais la crainte d’instrumentaliser ce que nous étions en train de vivre pour faire du divertissement. Nous avons essayé d’être attentifs à ça”, s’est confié Thomas Lilti, créateur et réalisateur de la série, au magazine La Voix du Nord. Dans ces huit épisodes, mêlant la fiction et le réalisme d’un documentaire, l’équipe médicale de l’hôpital Raymond-Poincaré doit faire face à des urgences débordées, un système informatique hors service et un manque de ressources, tout en gérant leurs problématiques personnelles.

À la frontière du réel

Les univers hospitaliers ne cessent de passionner les spectateurs. Les succès d’audience des séries médicales le prouvent : les Français sont friands de blouses blanches, lits d’hôpitaux et relations entre internes. Loin des fictions américaines romanesques comme Grey’s Anatomy, Dr House ou encore The Resident, Thomas Lilti propose un contrepoint plus réaliste et moins spectaculaire. Ici, pas de glamour ni de beaux travellingsdans des couloirs d’hôpitaux flambants neufs, mais plutôt des gros plans sur les riz-boulettes de viande de la cantine ou sur les nombreux brancards le long des couloirs faute de place. On estloin des strass et paillettes !

Un casting prometteur

Dans cette nouvelle saison, les téléspectateurs retrouveront le quatuor d’internes incarné par Louise Bourgoin, Alice Belaïdi, Zacharie Chasseriaud et Karim Leklou ainsi que la directrice de l’hôpital, Géraldine Nakache. Un casting qui s’enrichit avec l’arrivée de Bouli Lanners, qui jouera le rôle du chef de service tatoué et atypique Olivier Brun.

Source: Lire L’Article Complet