Gilbert Rozon accusé de viol : le récit glaçant d'une victime présumée au procès

Trois ans après le début du scandale, le procès pour viol de Gilbert Rozon a commencé ce mardi 13 octobre 2020 à Montréal. Invitée à la barre, l’une des victimes présumée de l’ancien juré de l’émission "La France a un incroyable talent" s’est avancée pour livrer un glaçant récit qui se seraient déroulés en 1979.

Voilà trois ans que Gilbert Rozon est dans la tourmente. En 2017, le producteur canadien démissionnait de son poste de président de “Juste pour rire” après les accusations d’agression sexuelles portées par plusieurs femmes à son encontre.

Mis en examen pour “viol” et “agression sexuelle”, celui que nous avons vu dans l’émission “La France a un incroyable talent” est également visé au civil par une action collective de femmes présumées victimes de l’ancien producteur, qui demandent une condamnation à des dommages et intérêts. Selon ce collectif appelé “Les Courageuses”, le producteur aurait fait “au moins 20 victimes sur une période de 34 ans, de 1982 à 2016”. Des accusations qu’il a réfutées fermement.

“Il s’est jeté sur moi”
Et c’est ce mardi 13 octobre 2020 que le procès du producteur de 65 ans a démarré. Les faits qui lui sont reprochés datent de 1979. Une des victimes présumées, une femme aujourd’hui âgée de 60 ans l’accuse notamment de l’avoir violée à Saint-Sauveur après une soirée passée en boîte de nuit. À l’époque, la victime présumée a 20 ans et travaille dans une station de radio en continuant, en parallèle, ses études… Ce procès fut pour elle l’occasion de livrer un récit glaçant de cette terrible nuit : Comme le rapporte “Le Parisien”, Gilbert Rozon aurait profité de devoir repasser dans la maison de sa secrétaire avant de la raccompagner chez ses parents pour abuser d’elle. ll aurait ainsi glissé ses mains dans son décolleté et tenté de l’embrasser… “Il s’est jeté sur moi” explique-t-elle au cours de son témoignage, avant d’affirmer avoir essayé de le repousser tout en lui demandant d’arrêter.
Radio Canada raconte la suite du témoignage et explique que les deux seraient tombés au sol et Gilbert Rozon aurait essayé de lui arracher sa culotte en mettant sa main sous sa jupe. Face au refus de sa victime présumée, il lui aurait ensuite assuré être fatigué et proposé de dormir dans l’une des chambres de la maison. Toujours selon le témoignage de cette femme, elle l’aurait retrouvé couché sur elle le lendemain matin en se réveillant. Choquée, elle aurait une nouvelle fois tenté de le repousser, en vain.

“Je me souviens de l’oppression. Je me souviens de la fenêtre, qui était à droite du lit, parce que c’est ce que je regardais.” a assuré la victime présumée dans le Palais de Justice de Montréal. Encore une fois, Gilbert Rozon a nié en bloc toutes les accusations dont il fait l’objet.
> À lire aussi : Gilbert Rozon : Accusé d’agression sexuelle par… sa belle-soeur

Aliénor de la Fontaine

Source: Lire L’Article Complet