François Mitterrand : les confidences étonnantes de sa fille Mazarine Pingeot sur leurs rendez-vous secrets – VIDEO

Mardi 11 mai 2021, France 2 consacrait un documentaire intitulé 10 mai 81 : changer la vie ?, sur l’élection de François Mitterrand survenue quarante ans plus tôt. L’occasion d’évoquer sa relation avec sa fille Mazarine Pingeot, gardée secrète pendant plusieurs années.

  • Mazarine Pingeot

Un secret de famille politique qui aura marqué les années 1990. À tel point que le 10 mai 2021, quarante ans après l’élection de François Mitterrand, France 2 consacre un extrait de son documentaire 10 mai 81 : changer la vie ? à la relation qu’entretenait l’ancien président de la République avec sa fille Mazarine Pingeot. Une relation gardée secrète pendant vingt ans. En effet, alors que le chef d’État est marié à Danielle Gouze, qui restera son épouse pendant cinquante-deux ans, celui-ci entretient une relation extra-conjugale avec Anne Pingeot, à qui il fera un enfant qu’il ne reconnaitra que dix ans après sa naissance. En 1994, alors que personne ne soupçonne François Mitterrand d’avoir une double-vie, Paris Match publie le premier cliché du père et sa fille.

“On se voyait encore plus, mais dans des endroits encore plus protégés”

Dans le documentaire 10 mai 81 : changer la vie ?, les téléspectateurs de France 2 ont pu en apprendre davantage sur les coulisses de la relation père-fille de François Mitterrand et Mazarine Pingeot. À ce sujet, l’écrivaine aujourd’hui âgée de quarante-six ans a confié qu’elle n’imaginait pas une seule seconde que leur lien se solidifierait alors que l’homme politique venait de prendre ses fonctions à l’Élysée : “On se voyait encore plus, mais dans des endroits encore plus protégés du monde, dans un lieu clos… sans aucun lien avec l’extérieur.” Si François Mitterrand était submergé de travail, mais également occupé par sa vie de famille au côté de Danielle Mitterrand et leurs enfants, il a toujours trouvé du temps pour sa fille “illégitime”.

“On aurait pu imaginer qu’il soit encore plus demandé par son travail, mais en fait non”, a commencé Mazarine Pingeot, émue à l’idée d’évoquer ses souvenirs précieux avec son père.C’était encore plus régulier, il rentrait tous les soirs à une certaine heure… Alors parfois, il y avait des exigences autres, mais bizarrement, ça a institué un moment beaucoup plus normal dans une forme d’anormalité elle aussi figée”, a-t-elle confié. Une relation fusionnelle cimentée à l’abri des regards qui finira par éclater au grand jour en novembre 1994, six ans après que le Président ait fait brûler tous les exemplaires de L’Honneur perdu de François Mitterrand, livre qui s’apprêtait à révéler sa double-vie avec Anne Pingeot.

Source: Lire L’Article Complet