Eric Dupont-Moretti : cette mort qui l'a « dévasté »

Avant d’être nommé Garde des Sceaux au sein du gouvernement de Jean Castex, Eric Dupond-Moretti évoluait déjà dans le monde de la justice, en tant qu’avocat pénaliste. Parmi les nombreux confrères rencontrés au cours de sa carrière, l’un d’entre eux l’a particulièrement marqué : il s’agit de son mentor Alain Furbury.

Eric Dupond-Moretti en a fait du chemin. Le 6 juillet dernier, il a été nommé Garde des Sceaux dans le gouvernement de Jean Castex, en remplacement de Nicole Belloubet. S’il est encore un peu novice en politique, la justice est en revanche un domaine qu’il maîtrise à la perfection. Et pour cause, celui qui partage sa vie avec la chanteuse Isabelle Boulay a exercé le métier d’avocat durant plus de trente ans. Après avoir prêté serment le 11 décembre 1984 à Douai, celui qui se faisait surnommer “Acquitattor” s’est inscrit au barreau de Lille. A défaut d’avoir été engagé dans des cabinets d’avocats réputés, il a débuté sa carrière dans les prud’hommes, puis dans les commissions d’office. Parmi ses “mentors”, figure l’avocat toulousain Alain Furbury.

Comme le rappellent nos confrères de La Voix du Nord dans un article paru ce lundi 17 août et consacré au nouveau ministre de la Justice, Alain Furbury s’est “pris d’amitié pour ce jeune avocat épaté par son insolence et sa liberté”. De lui, il a beaucoup appris. La façon de parler en cours d’assises par exemple : Le placement des silences, le sens du rythme, je les ai appris de lui. Il ne criait pas, c’était un orateur très fin. Sa maîtrise du verbe était absolue”, s’est souvenu Eric Dupond-Moretti auprès de nos confrères. Alors forcément, quand il a perdu son mentor, son monde s’est écroulé : “Alain Furbury est mort en 1999. Eric Dupond-Moretti en a été dévasté.”

Les différents hommages d’Eric Dupond-Moretti

Après le décès de l’avocat toulousain, Eric Dupond-Moretti va multiplier les clins d’œil à celui grâce à qui tout a commencé. Afin de rendre hommage à “ce père de substitution qui aimait profondément les hommes”, comme il le qualifiait en 2017 dans La Dépêche, l’ogre du barreau donnera son nom… à une cuvée ! “Les trois hectares de vignes qu’il possède en association avec un ami, au-dessus de Collioure, donnent chaque année deux cuvées, une en rouge, l’autre en blanc, baptisées Furbury, précise La Voix du Nord. Là n’est pas le seul hommage qu’il lui rendra. La robe noire arborée ces dernières années n’est autre que celle d’Alain Furbury, pour qui il a toujours gardé un immense respect. Une manière d’honorer sa mémoire dans les cours d’assises. Lui, en tout cas, ne l’a jamais oublié…

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet