Emmanuel Macron : sa belle-fille Tiphaine Auzière fait polémique avec une chronique radio

Jeudi 15 octobre 2020, Europe 1 a laissé “Carte blanche” à une “avocate et femme engagée” pour une chronique sur les annonces d’Emmanuel Macron faites la veille sur les nouvelles mesures pour lutter contre la Covid-19. Une “éditorialiste” qui n’est autre que la belle-fille du Président Tiphaine Auzière. Sa chronique n’a pas manqué de faire polémique.

  • Tiphaine Auzière
  • Emmanuel Macron
  • Brigitte Macron

La “carte blanche” accordée à Tiphaine Auzière n’est pas passée. Jeudi 15 octobre 2020, Europe 1 a diffusé dans son émission Europe Soir, présentée par Julian Bugier, une chroniqueuse un peu particulière… puisqu’il s’agissait de la belle-fille du président de la République : Tiphaine Auzière, née du premier mariage entre Brigitte Macron et André-Louis Auzière, mort fin 2019. Une invitée présentée comme “avocate et femme engagée” par l’animateur, qui n’a pas précisé le lien familial de la jeune femme avec le chef de l’Etat. La précision, qui a toute son importante, est toutefois mentionnée sur le site internet de la radio. “Tous les jours dans votre Europe Soir, un éditorialiste a carte blanche pour évoquer un thème lié à l’actualité. Aujourd’hui, l’avocate Tiphaine Auzière, belle-fille d’Emmanuel Macron, livre son coup de cœur pour l’intérêt général”, peut-on lire.

“Je trouve que le Président a conclu de manière fort intéressante hier”, défend Tiphaine Auzière

Dans sa chronique, Tiphaine Auzière défend, au lendemain de l’interview de son beau-père destinée à annoncer de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation de la Covid-19, qu’il faut savoir sacrifier une partie de ses libertés pour l’intérêt général. “Comme vous et beaucoup de Français hier soir, j’ai écouté les annonces du Président à la télévision”, commence-t-elle. “Le rétablissement de l’Etat d’urgence, le couvre-feu en Ile-de-France et huit grandes métropoles, la recommandation de limiter à six personnes les rassemblements en privé, et forcément, cela interroge sur le recul de nos libertés […] Mais dans l’Histoire, les libertés ont souvent été contraintes”, plaide l’avocate. “Je trouve que le Président a conclu de manière fort intéressante hier lorsqu’il a dit ‘Nous sommes en train de réapprendre à être pleinement une Nation. On s’était progressivement habitués à être une société d’individus libres, nous sommes une nation de citoyens solidaires.’” L’avocate termine : “Je trouve qu’aujourd’hui, nous sommes face à un choix, celui de mettre notre liberté individuelle au service de l’intérêt général pour un temps donné. En ce qui me concerne, je pense que c’est à nous de faire de cette liberté un acte de civisme.”

“Népotisme”, scandent les détracteurs

Problème : l’éditorialiste d’un soir n’a pas fait l’unanimité et a même jusqu’à être accusée de participer au Service après-vente de l’interview du Président. Sur Twitter, les réactions indignées (et de tous bords politiques) se comptent par centaines et les internautes n’hésitent pas à sortir les grands mots. “Népotisme”, “Manque de déontologie”, “Manque de neutralité”, “Trumpisation”… Anonymes et personnalités médiatiques (plus ou moins connues) alimentent la polémique. Contacté par Le Figaro, Europe 1 déclare que Tiphaine Auzière “avait déjà été invitée à participer à une ‘carte blanche’ le 1er octobre dernier.” Julian Bugier, pour sa part, avance que “c’est le principe” de la carte blanche “de donner un espace d’expression et de liberté à des personnalités issues de la société civile.” Le journaliste ajoute : “Cette carte blanche doit faire entendre toutes les sensibilités […] C’est une femme libre d’esprit et indépendante qui a le droit de s’exprimer sur notre antenne.”

Il faut savoir sacrifier une partie de ses libertés pour l’intérêt général.

C’est l’heure de la carte blanche de @TAuziere pic.twitter.com/hg8Ru0LBHA

Maintenant la belle-fille du président est chroniqueuse sur un média de grande écoute pour défendre la politique de beau-papa Macron.
Case népotisme : cochée ✅
Répétez après moi : TOUT. EST. NORMAL. 🤐 https://t.co/j9bZ87YXaT

Certes, @Europe1 mais avant d’envoyer @TAuziere commenter les décisions du président de la République, il aurait été plus déontologique de préciser qu’elle est sa belle-fille ! @Republicains_An https://t.co/FVkzipbrAJ

Madame Auzière, présentée abusivement comme “éditorialiste”, vient appuyer sur un média la restriction des libertés publiques décidée par son beau-père

Jamais je n’aurais imaginé voir un spectacle aussi humiliant. Jusqu’où descendra-t-on avant que le peuple se soulève à nouveau? https://t.co/Tv2LVFqcL2

Un pays où la belle-fille du président assure le SAV de ses décisions dans une grande radio généraliste nationale c’est pas en France pays des Lumières et phare de la démocratie occidentale qu’on verrait ça.
En Russie peut-être. Ou chez Trump. Mais pas de ça chez nous. https://t.co/ciZddst0Ty

Ce serait bien de préciser qu’elle est la fille de Brigitte Macron. Pour la neutralité, on repassera. 👎🏼 https://t.co/RUaXIvnGtr

Quand les décisions du président @EmmanuelMacron sont commentées sur @Europe1 par… sa propre belle-fille. #SociétéDeCour https://t.co/9fVuuYDzgk

Surréaliste. Tiphaine Auzière, belle-fille d’Emmanuel Macron, se pare du costume de l’éditorialiste pour défendre la politique de beau-papa. C’est quelle démocratie, ça, encore ? https://t.co/MF7VPSNp1q

Coucou, beau-papa. Tu as vu, j’assure le SAV ! https://t.co/7FAGgoHGA4

A lire aussi : Tiphaine Auzière sur les traces de sa mère, Brigitte Macron : ce nouveau “chantier” en préparation

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet