Disparition de Delphine Jubillar : ses voisins sortent enfin du silence

Dimanche 25 avril 2021, le JT de 13h de TF1 consacrait un sujet à Delphine Jubillar, l’infirmière disparue dans le Tarn dans la nuit du 15 au 16 décembre 2021. Quelques-uns de ses voisins ont accepté de témoigner.

  • Delphine Jubillar

Delphine Jubillar sera-t-elle retrouvée un jour ? Quatre mois après sa disparition dans la nuit du 15 décembre 2020, l’infirmière de Cagnac-Les-Mines n’est toujours pas réapparue… Ses plus proches amies ne perdent toutefois pas espoir et continuent à organiser des battues citoyennes tous les jeudis dans le but de trouver des indices. Ses deux frères et sa grande sœur sont eux aussi très impliqués dans l’affaire et tentent d’en savoir plus sur les avancements de l’enquête. Pour cela, ils ont décidé de se constituer partie civile, tout comme le mari de la disparue, Cédric Jubillar. Dans le cadre de cette procédure, ils seront tous les quatre bientôt entendus par les juges. Dans l’attente de son audition, qui a été reportée pour cause de coronavirus, le père de famille tente de reprendre une vie normale pour le bien de ses deux enfants Louis et Elyah. Mais c’était sans compter sur les curieux qui rôdent autour de leur maison de Cagnac-Les-Mines… Pour se protéger des regards indiscrets, Cédric Jubillar a même dû construire une barricade devant leur domicile.

Certains de ses voisins, qui étaient jusque là restés discrets, ont accepté de se confier à nos confrères de TF1 pour les besoins d’un reportage diffusé dimanche 25 avril 2021 dans le JT de 13h. Eux aussi ont repéré les nombreux curieux qui rôdent désormais dans leur village : “Ils passent devant en fixant la maison. Il y en a d’autres qui s’arrêtent carrément, ils sortent les téléphones des poches, ils prennent en photo… Je pense que les gens sont un peu fouines, ils cherchent à tout savoir”, a expliqué l’un d’entre eux. Interrogé par les journalistes, un autre voisin a préféré couper court à la discussion : “Je n’ai plus envie d’en parler, parce que plus on parle, plus on alimente les choses. Les gens en ont marre ici.”

Les équipes de LCI ont réussi à rentrer en contact avec d’autres habitants du village, sur un terrain de pétanque. “On se dit que ce n’est pas normal. Et puis ce qu’il y a c’est qu’on n’a encore rien trouvé…(…) On se dit ‘Ce n’est pas possible'”, leur a confié l’un d’eux. Un autre voisin leur a expliqué qu’il existait aujourd’hui un climat de suspicion dans Cagnac-Les-Mines : “On ne sait pas si on a croisé la personne ou pas. On se dit ‘Est-ce que c’est lui, pas lui ?’. Comme il y a toujours ce petit doute, et nous dans la région on a pas l’habitude de ça…”

Source: Lire L’Article Complet