Delphine Jubillar, le cri du coeur de ses amies : « On a besoin de vous »

Les amies de Delphine Jubillar, cette mère de famille portée disparue depuis décembre 2020 à Cagnac-les-Mines (Tarn), ne baissent pas les bras. Elles lancent un appel à toutes les personnes qui souhaiteraient se joindre aux recherches pour enfin connaître la vérité sur la disparition de la jeune infirmière.

« Nous avons besoin de VOUS. Aidez-nous à retrouver Delphine. Venez nombreux s’il vous plaît ». Un appel à la population lancé sur Facebook par Emy, une amie proche de Delphine Jubillar, repéré par nos confrères de La Dépêche. Ce jeudi 4 novembre, elle organise, avec d’autres copines infirmières, une matinée de recherches, plus de dix mois après la disparition de leur collègue. Pour tous les volontaires, le rendez-vous est fixé à 9h30 sur le parking de l’Intermarché de Cagnac-les-Mines.

Pas question de renoncer. Les amies de l’infirmière de 33 ans et mère de deux enfants veulent connaître la vérité. À Cagnac-les-Mines, le souvenir de Delphine Jubillar reste gravé dans les mémoires, si bien que des messages de soutien sont affichés à l’entrée de son domicile. Depuis l’arrestation de Cédric Jubillar en juin dernier et sa mise en examen pour « meurtre sur conjoint », les lieux sont inoccupés.

🆘 Avis à la population, 🆘

🔺Nous organisons des recherches ce jeudi 4 novembre de 9h30 à 13h. 🔺

Nous avons besoin de…

Delphine Jubillar reste introuvable malgré la mobilisation des gendarmes

Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn. Battues, sondage des puits et plans d’eau, puis plus récemment l’exploration de l’ancien lavoir à charbon désaffecté de Blaye-les-Mines rapporte La Dépêche : à ce jour, les gendarmes n’ont retrouvé aucune trace de la jeune femme. Alors, ses amies, toujours aussi déterminées à découvrir ce qui est arrivé à leur copine, ne lâchent rien.

Unique suspect dans la disparition de son épouse, Cédric Jubillar continue de clamer son innocence. Depuis le 15 octobre, le plaquiste comparaît devant le tribunal de Toulouse. Toirs jours plus tard, ses avocats ont déposé une nouvelle demande de remise en liberté de leur client. De son côté, la justice estime avoir des « indices graves et concordants » à l’encontre du jeune homme.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet