Daniel Balavoine : son mauvais pressentiment avant sa mort

Daniel Balavoine est mort le 14 janvier 1986 lors du Paris – Dakar. D’après son ancien guitariste, le chanteur avait eu un mauvais pressentiment quelques jours seulement avant de s’envoler en direction de l’Afrique. Des confidences folles diffusées dans un documentaire sur Daniel Balavoine programmé ce 31 mars sur TMC.

A propos de


  1. Daniel Balavoine

Le 14 janvier 1986, Daniel Balavoine est mort lors de la 8e édition du Paris – Dakar. Le chanteur qui s’apprêtait à accueillir son deuxième enfant participait à la course en tant qu’ambassadeur de l’action humanitaire des Paris du Cœur. Sa disparition a choqué tout le monde, et comme le révèle le documentaire Daniel Balavoine, 35 ans déjà: sa vie, sa bataille diffusé sur TMC ce mercredi 31 mars, l’interprète de L’Aziza a eu un mauvais pressentiment peu avant de mourir.

John Woollof, son ancien guitariste, a accepté de dévoiler les derniers mots Daniel Balavoine. En effet, avant de rejoindre Dakar pour sa mission humanitaire, le mari de Corinne n’a pas caché qu’il était travaillé par quelque chose mais ne savait pas quoi. “Je vais retourner à Dakar mais je ne le sens pas. Je ne me sens pas bien cette fois.” Ces mots rapportés par John Woollof montrent à quel point le chanteur avait senti un mauvais présage. “Il nous le répétait et on lui disait de ne pas y aller. C’est vrai que ça nous a marqués“, s’est également souvenu son ancien guitariste.

Ce jour où son corps a été retrouvé

Daniel Balavoine est décédé dans un crash d’hélicoptère. À Dakar, son corps n’a pas immédiatement été identifié. Dominique Fillon, ex-technicien d’Europe 1, s’est souvenu avec précision de ce jour, en janvier 2020, sur Europe 1. “On a tout de suite reconnu, parce qu’on les connaissait bien, Thierry Sabine qui est l’organisateur du rallye, François-Xavier Bagnoud qui était le pilote de l’hélico, et Jean-Paul Le Fur, qui était un copain de RTL. Et puis on a trouvé deux cadavres que l’on n’identifiait pas,” a-t-il expliqué. Ces deux personnes étaient Daniel Balavoine et Nathalie Odent, journaliste au Journal du Dimanche. La triste nouvelle a été gardée secrète toute la nuit et annoncée seulement le lendemain, marquant le début d’une onde de choc.

Crédits photos : JLPPA / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet