Coke à Canal + : Pierre Lescure balance sur un célèbre animateur

A l’occasion d’une interview accordée à la revue Schnock, parue en septembre 2020, Pierre Lescure a accepté de se confier sur “les années Canal” et notamment sur la réputation sulfureuse de la chaîne et de ses employés quant à la consommation de drogues.

  • Pierre Lescure
  • Jean-Luc Delarue

Au cours de sa longue carrière, Pierre Lescure en a vu des vertes et des pas mûres. Aujourd’hui figure de l’émission C à vous mais aussi emblème du cinéma français en tant que président du Festival de Cannes, l’ancien co-DG de Vivendi Universal, qui avait rejoint André Rouselet dans le but de préparer le lancement en 1984 de la chaîne Canal+, fait office d’encyclopédie sur l’histoire de la télévision hexagonale. A l’occasion d’une interview accordée à la revue Schnock, parue en septembre 2020, Pierre Lescure a accepté d’évoquer ce que l’on appelle “les années Canal” et de répondre à la fameuse question : y a-t-il un esprit Canal ? Non, répond d’emblée le principal intéressé. “Ca nous a très vite irrités avec [Alain] de Greef, parce que ça ne voulait rien dire”, lance-t-il. “Je crois que n’importe quel collectif à qui l’on confie une page blanche va être animé d’un certain esprit pionnier. Et si c’est dans une activité où la liberté a un sens, et où la liberté est un plus, on approchera cet esprit-là, je le crois profondément.” L’homme d’affaires de 75 ans, qui a récemment révélé qui avait été, selon lui, le pire invité de C à vous, revient aussi sur le mythe des folles soirées de la chaîne… et sur l’usage de drogues.

“Du deal, à l’intérieur de Canal, il y en a eu forcément”

“Il y a deux trucs qui m’énervent quand on raconte les histoires de Canal”, explique Pierre Lescure à nos confrères.Il y a la coke : il n’y en a jamais eu plus qu’ailleurs, mais il y avait un concentré plus qu’ailleurs de population qui pouvait avoir une certaine inclination, une vie libre à cet égard. Il y a aussi cette idée de la fête. la fête venait toujours après le boulot […] Tout le monde bossait comme des damnés. Donc de temps en temps, merde, la fête !” Il poursuit, à propos des substances illicites : Moi, ce que j’ai toujours chassé à Canal, et j’en ai viré plusieurs – peut-être qu’il y en a que j’ai pas vus -, c’est les dealers. Que les gens en prennent, c’est leur affaire, je ne suis pas derrière eux. Qu’ils mettent la boîte en danger, il n’en était pas question. Protéger quand on sentait que quelqu’un se mettait en danger, je crois qu’on y veillait au mieux. Pas toujours parfaitement, parce que la vie privée, c’est compliqué. Du deal, à l’intérieur de Canal, il y en a eu forcément, mais du deal organisé, pas de ça.

“J’estimais protéger Jean-Luc professionnellement en évitant que la descente ne se fasse chez Canal, et protéger la boîte aussi”

Pierre Lescure enchaîne, toujours au sujet de la drogue, sur une descente de police au domicile de Jean-Luc Delarue, connu pour sa consommation de cocaïne. En septembre 2010, des paparazzis le prennent d’ailleurs en photo lorsqu’il est embarqué par la police, à l’aube, pour possession de drogue. Il était, jusqu’ici, protégé par son entourage. C’est alors le début de la fin de sa carrière télévisuelle. L’animateur meurt deux ans plus tard, en août 2012, des suites d’un cancer de l’estomac et du péritoine. Dans son entretien, Pierre Lescure raconte comment, dans les années 1990, il a tenté de protéger Jean-Luc Delarue et Canal+. “Un jour, en 93 ou 94, le commissaire du XVe m’a appelé, en m’annonçant qu’il allait faire une descente. Je lui ai dit : ‘Je vous demande de ne pas faire de descente chez nous, si vous le voulez bien. Vous faites la descente que vous voulez demain, chez Jean-Luc. Je le préviens et je vous dis que demain, Jean-Luc sera chez lui.’” Il conclut, en se justifiant : “J’estimais protéger Jean-Luc professionnellement en évitant que la descente ne se fasse chez Canal, et protéger la boîte aussi. J’ai prévenu Jean-Luc qu’ils avaient plein de trucs sur lui et qu’ils n’étaient pas dupes : je lui ai dit d’être chez lui et d’assumer, ce qu’il a fait.”

A lire aussi : Addictions, tentatives de suicide, délires psy… Un proche de Jean-Luc Delarue dit tout dans un livre

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet