Claude François pédophile ? Le débat revient sur la table…

Tandis que le hashtag #Metooinceste s’est popularisé sur les réseaux sociaux ces derniers jours, avec l’affaire Duhamel, sur le plateau des Grandes Gueules, on est revenu sur le cas Claude François.

“Je les aime jusqu’à 17, 18 ans. Après je commence à me méfier . Les filles commencent à réflé­chir, elles ne sont plus natu­relles”, a, un jour, déclaré Claude François. Une phrase qui fait aujourd’hui à nouveau débat, et qui a fait l’objet d’une analyse dans l’émission “Les Grandes Gueules” sur RMC.

Le débat sur l’inceste ricoche sur la pédophilie

Ce 19 janvier, il était question de l’affaire Olivier Duhamel . Le politologue est sous le feu des critiques depuis la parution du livre de Camille Kouchner, dont il était le beau-père. Dans son ouvrage, intitulé “La familia grande”, elle l’accuse d’avoir violé pendant des années son frère jumeau.

Un témoignage qui a libéré la parole sur la Toile. Ainsi, ces derniers jours, sur Twitter, de nombreux messages ont été envoyés sous le hashtag #MeTooInceste. Outre l’inceste, il est aussi et bien sur question de pédophilie . Et pour l’avocat Gilles-William Goldnadel, qui était invité dans l’émission, c’est “révolution morale” qui est en marche.

Le risque : juger des actions qui se sont passés il y a plus de 40 ans, avec les lunettes de 2021. C’est ce que craint André, un téléspectateur qui estime : “On juge aujourd’hui, en 2020, et on oublie que le curseur de moralité a beaucoup, beaucoup changé”. Et ce dernier prend justement Claude François en exemple, qui disait “face caméra, que les filles ne l’intéressaient que de 14 à 16 ans”. 

Une pratique qui ne choquait pas grand monde à l’époque, dit-il, puisque : “Toute la société voyait ça. On savait ce qu’il se passait. Tout le monde savait pertinemment ce qu’il se passait”…

Les secrets de Claude François

Et ce n’est d’ailleurs pas le seul secret dérangeant qui a été raconté sur la star de la chanson. En 2019, dans l’émission de Valérie Bénaïm, “C’est que de la télé”, son ancien secrétaire personnel Christian Morise avait expliqué à propos de Cloclo : “Claude avait peur des échecs amoureux. Donc, bien souvent, il fallait que j’aie un rapport avant lui, parce qu’il avait peur d’un échec. Que la jeune fille arrive et lui demande simplement un autographe”.

Celui qui fut à son service entre 1964 et 1969 avait ajouté : “Pour être sûr de conclure, je le faisais avant lui. Si jamais Claude avait un échec et puis moi, c’était positif, il me boudait pendant trois jours dans la voiture. Il me faisait une crise pas possible”.

>> A voir aussi : Claude François flingué par une chanteuse française à qui il aurait fait vivre l’enfer !

F.A

Source: Lire L’Article Complet