Christophe Castaner en colère, fustige la droite et la gauche qui « épargnent et ménagent » le RN

Dans une tribune postée sur Facebook, Christophe Castaner accuse les partis d’opposition “d’épargner” le Rassemblement national (RN) au lieu de le “critiquer”, en raison de “calculs électoraux”.

A propos de

  1. Christophe Castaner

  2. Marine Le Pen

Ce dimanche 21 février, Christophe Castaner s’en est pris au Rassemblement national (RN) dans une tribune mise en ligne sur Facebook. Dans son texte, le patron des LREM à l’Assemblée nationale a accusé la droite et la gauche “d’épargner” le parti d’extrême-droite de Marine Le Pen. Selon lui, les partis de l’opposition “prêts à tout, rivalisent d’inconstance et de mauvaise foi pour attaquer, sans cesse, le gouvernement et la majorité, mais ne surtout pas toucher un cheveu de l’extrême droite”. Dans sa tribune, Christophe Castaner a rappelé les meurtres d’Ibrahim Ali, en juin 1998, abattu “froidement” par des colleurs d’affiches du Front national (FN), et de Brahim Bouarram, poussé dans la Seine par des militants d’extrême droite “en raison de sa couleur de peau et de son orientation sexuelle”.

Alors que certains sondages prédisent un duel opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen en 2022, Christophe Castaner n’est pas dupe face à la stratégie de diabolisation de la fille de Jean-Marie Le Pen. Certes, il y a eu des retouches cosmétiques, le nom a changé, le logo s’est adouci et les excès du père ont été remplacés par l’impréparation brouillonne de la fille, mais ne nous trompons pas : 26 ans plus tard, l’histoire bégaie”, a fait savoir l’ancien ministre de l’Intérieur, tout en affirmant que le RN avait tenté “de se racheter une vertu” en externalisant la violence, par l’intermédiaire du groupuscule Génération Identitaire.

Rassemblement national : le passé ne passe pas.

———

Il y a 26 ans, jour pour jour, un jeune français de 17 ans,…

Christophe Castaner dénonce des “calculs électoraux”

Au lieu de s’attaquer au Rassemblement national, droite et gauche préféreraient fustiger les actions de la majorité, alors que le parti de Marine Le Pen, candidate à la prochaine élection présidentielle, s’estsystématiquement opposé” aux avancées sociales du gouvernement (suppression de la taxe d’habitation, augmentation du minimum vieillesse…). “Triste désordre politique que de voir, au cours des dernières semaines, au lieu de critiquer le RN, droite et gauche l’épargner, le ménager et s’en prendre à ceux qui le combattent, a constaté le président des députés marcheurs, qui a dénoncé “des calculs électoraux”.

Et de conclure : “Je ne sais pas si le Rassemblement national a un futur, mais il a un passé, lourd, avec lequel les ponts n’ont jamais été coupés. Cette prise de parole de Christophe Castaner intervient dans un contexte de polémique sur “l’islamo-gauchisme” dans la recherche académique, d’après les termes de la ministre de l’Enseignement supérieure Frédérique Vidal. Dans le même temps, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a récemment débattu avec Marine Le Pen sur France 2 alors que le gouvernement a fait voter son projet de loi sur le séparatisme islamiste, dans un climat de débats houleux.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet