Audrey Fleurot, ex-complexée : comment elle est parvenue à s’en sortir

À l’occasion de la diffusion, ce jeudi 2 septembre sur TF1 de la série “Mensonges”, Gala vous propose d’en savoir plus sur Audrey Fleurot, l’actrice principale, et sur ses anciens complexes d’adolescente.

Ce jeudi 2 septembre au soir, TF1 diffuse le premier épisode de la série Mensonges, dans laquelle joue Audrey Fleurot. L’occasion de parler de l’actrice, qui n’a pas toujours collé à cette image de rousse incendiaire qui enchaîne les premiers rôles depuis pas mal de temps. En effet, comme elle le confiait à Marie Claire lorsqu’elle était en pleine promotion pour le film Les Reines du ring, sorti au cinéma en 2013, elle n’a pas toujours eu confiance en elle.

Jeune adolescente, Audrey Fleurot était même “très complexée”, ce qui peut surprendre. “Ce n’était pas rigolo. J’ai senti qu’il allait falloir être drôle si je voulais m’en sortir dans la vie”, avait-elle expliqué à nos confrères, en se remémorant comment elle se sentait lorsqu’elle avait quinze ans. Heureusement pour elle, malgré le fait qu’elle était mal dans sa peau, la comédienne a découvert sa voie professionnelle très jeune. “Dès huit ans, je savais ce que je voulais faire. C’était une évidence et si j’ai eu une grande chance dans ma vie, c’est d’avoir su très tôt ce que je voulais faire”, a souligné celle qui a “mis tout en place pour réussir, parce que c’est un métier très durque de travailler dans le septième art.

Les hommes privilégiés dans le milieu du cinéma ?

“Quand on voit de l’extérieur, on ne voit que le glamour, les paillettes, mais c’est un métier très dur, très violent, surtout envers les femmes”, avait ajouté Audrey Fleurot, qui avait tenu à mettre l’accent sur le fait qu’il “y a toujours plus de rôles pour les hommes que pour les femmes”. “Alors que nous sommes plus nombreuses ! Et puis il y a le rapport à l’image qui n’est pas facile”, avait développé la compagne de Djibril Glissant, en prenant le parti de ces stars qui passent sur le billard pour améliorer leur apparence, à partir d’un certain âge : “On pointe du doigt les comédiennes qui font de la chirurgie, mais on ne se laisse pas vieillir, pour des femmes de 50, 60 ans, il n’y a plus de rôle.” “Elles se tournent vers la réalisation d’ailleurs, souvent. Il y a très peu de beaux rôles pour elles”, avait estimé l’actrice de 44 ans.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Bruno Bebert / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet