Après les oreilles, un Montpelliérain se fait retirer le nez

Dans une interview accordée à Midi Libre et publiée jeudi 16 septembre 2020, le Montpelliérain Anthony Loffredo, connu sous le pseudonyme de “Black Alien”, s’explique sur ses nombreuses modifications corporelles de l’extrême.

Restez informée

Il s’appelle Anthony Loffredo, mais souhaite qu’on le surnomme “Black Alien.” A 32 ans, ce Montpelliérain est un adepte des modifications corporelles extrêmes. Sur son compte Instagram, public et suivi par près de 150.000 abonnés, Black Alien publie les photos de ses transformations. La dernière modification en date ? Son nez. Le jeune homme s’est en effet récemment fait retirer son nez, ou plus précisément le cartilage de son nez. Une opération qu’il a pu réaliser à Barcelone, en Espagne, où il habite et où la législation concernant la modification corporelle est plus souple qu’en France. “Perçue comme un art pour certains, [la] pratique […] remonte à la préhistoire et reste aujourd’hui présente dans certaines sociétés traditionnelles”, rapporte Midi Libre, qui a rencontré le Français, mercredi 16 septembre 2020. Dans l’Hexagone, ce genre de pratique est en effet interdit. Cette métamorphose prend place au coeur d’une démarche qu’il a lui-même baptisée “Black Alien Project Evolution.” Le but ? Tester les limites de son corps.

“Je suis le plus épanoui du monde”

Avant de se faire enlever le cartilage du nez, Anthony Loffredo avait déjà séparé sa langue en deux, fait poser des implants sous-cutanés sur le crâne, injecté de l’encre dans le blanc de ses yeux, recouvert sa peau de tatouages et fait retirer ses oreilles. Sur son compte Instagram, Black Alien précise qu’il n’en est aujourd’hui qu’à 16% de sa transformation physique, débutée il y a sept ans. Lors d’un entretien accordé à Midi Libre juste avant le confinement lié à la crise du coronavirus, le jeune homme, qui revendique sa liberté, a accepté d’en dire plus sur son projet. “Il y a des tas de réactions. Des gens qui sont choqués, des gens qui ne comprennent pas”, explique Anthony Loffredo. Je n’ai jamais eu de malaise intérieur. Je suis le plus épanoui du monde. J’ai la chance de vivre la vie que je veux, de faire ce que je veux physiquement. C’est la liberté absolue, il n’y a personne qui m’arrête. Je suis très heureux, je fais ce que je veux de mon corps.”

Source: Lire L’Article Complet