Agnès Buzyn recasée : un célèbre chroniqueur tire à boulets rouges sur l’ex-ministre

Agnès Buzyn a été nommée conseillère à la Cour des comptes par le président de la République. Un poste important qui provoque quelques bruissements et critiques. Après sa mise en examen, et sa mauvaise gestion de la crise du Covid-19, il lui est reprochée d’avoir reçu un cadeau non mérité de la part d’Emmanuel Macron, comme le fait savoir Charles Consigny dans Les Grandes Gueules sur RMC, ce lundi 1er août 2022.

Agnès Buzyn doit avoir les oreilles qui sifflent depuis quelques jours. L’ex ministre de la Santé qui avait été fortement critiquée au moment de la gestion du début de la pandémie de Covid-19, continue d’officier en politique. Elle avait quitté ses fonctions en février 2020, pour faire campagne pour la mairie de Paris, après une pluie de reproches. Malgré cette révérence, Agnès Buzyn vient d’être nommée conseillère à la Cour des comptes par Emmanuel Macron, ce vendredi 29 juillet 2022. Elle prendra ses fonctions le 1er septembre. Dans le studio des Grandes Gueules sur RMC, ce lundi 1er août, le chroniqueur et avocat Charles Consigny n’a pas apprécié ce « cadeau » fait à l’ex membre du gouvernement d’Édouard Philippe, médecin de profession : « On n’a pas à remercier quelqu’un qui quitte le navire en pleine tempête. ».

Selon lui, il s’agit d’une sorte de « récompense » pour une ministre qui n’a pas tenu la barre du pays lorsque le monde entier chavirait et basculait dans une ère d’incompréhension et de lourdes difficultés pour les populations. Agnès Buzyn a été mise en examen à la fin de l’année 2021 pour « mise en danger de la vie d’autrui » dans sa gestion de l’épidémie. Les observateurs, tels que Charles Consigny, ne comprennent pas cette nomination : « Je trouve que cette aristocratie d’état est assez navrante, et malheureusement j’observe qu’elle s’est plus renforcée qu’autre chose sous Macron, alors qu’on nous avait promis une certaine modernité, et c’en est là une nouvelle illustration. ». L’ancienne ministre de la Santé, avait, suite à son fiasco au gouvernement, dirigé l’Académie de l’Organisation mondiale de la santé : une vie politique qui continue malgré les échecs et les polémiques. Le chroniqueur Charles Consigny dénonce cette obstination d’Agnès Buzyn à vouloir se faire un nom sous les ors de la République, plutôt qu’à exercer son métier de médecin : « Et puisqu’elle est praticienne hospitalière, je ne comprends pas pourquoi elle ne va pas travailler à l’hôpital. On a quand même plus besoin de médecins dans ce pays, dans les hôpitaux que de conseillers extraordinaires rue Cambon à la cour des Comptes à qui l’on va payer leurs indemnités et leurs déjeuners place de la Concorde. » a-t-il critiqué.

💬 Agnès Buzyn rebondit à la Cour des Comptes [email protected] : "Il y a un côté aristocratie d'Etat là-dedans qui est assez choquant !"#GGRMC pic.twitter.com/mDpokvoRQM

Charles Consigny, le rêve brisé

Charles Consigny, se disant lui-même allergique au macronisme, s’était lancé en politique lors des élections législatives en juin 2022 : candidat dans la 4e circonscription des Yvelines, il s’est présenté sous la bannière LR. Il avait d’ailleurs révélé à Gala.fr son envie de s’installer à l’Assemblée nationale, un rêve qui ne date pas d’hier. Malheureusement pour lui, le médiatique avocat âgé de 32 ans a été éliminé dès le premier tour avec 13,7 % des voix. Engagé aux côtés de Valérie Pécresse durant la présidentielle, il est aujourd’hui de retour sur les bancs des Grandes Gueules sur RMC.

Crédits photos : Bony / Pool / Bestimage

A propos de


  1. Agnès Buzyn


  2. Charles Consigny

Autour de

Source: Lire L’Article Complet