Affaire Jubillar : que risque-t-on pour "recel de cadavre" ?

Mercredi 15 décembre 2021, Séverine, la nouvelle compagne de Cédric Jubillar, a été placée en garde à vue pour « recel de cadavre » dans le cadre de la disparition de Delphine Jubillar. Mais alors, quelle peine encourue pour ce chef d’accusation ?

  • Delphine Jubillar

Un nouveau rebondissement dans l’affaire de la disparition de Delphine Jubillar. Mercredi 15 décembre 2021, la compagne de Cédric Jubillar a été interpellée et placée en garde à vue pour « recel de cadavre », a appris Franceinfo, qui a donné l’alerte. Cette interpellation intervient un an jour pour jour après la disparition de l’infirmière de 34 ans, et six mois après la mise en examen, en juin 2021, de Cédric Jubillar pour « homicide volontaire sur conjoint » dans cette affaire. Comme le confirme La Dépêche du Midi, la femme de 44 ans a été arrêtée à son domicile situé entre Albi et Cagnac-les-Mines et est entendue depuis 7 heures du matin dans une gendarmerie du Tarn dans le cadre de la disparition de l’infirmière et mère de famille, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Mais alors, que risque-t-on pour « recel de cadavre » ?

Les risques encourus pour « recel de cadavre »

D’après l’article 434-7, mis en vigueur le 1er janvier 2002 et modifié par Ordonnance n°2000-916 le 19 septembre 2000, le fait de receler ou de cacher le cadavre d’une personne victime d’un homicide ou décédée des suites de violences est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende. Pour le moment, Séverine est toujours présumée innocente dans le cadre de la disparition de Delphine Jubillar et n’a encore pas été mise en examen. Dans une interview à Femme Actuelle, le mercredi 11 août 2021, la compagne de Cédric Jubillar, déclarait que Cédric est persuadé que sa femme n’est pas décédée. « Pour lui, sa femme n’est pas décédée. Il a continué de la chercher tant qu’il le pouvait parce qu’il était certain qu’elle était toujours vivante. Il pensait même qu’elle était peut-être partie à Madrid avec un autre homme… Mais il n’a jamais parlé de Delphine au passé, il était persuadé qu’elle allait revenir », a-t-elle confié.

Cédric Jubillar est mis en examen pour homicide volontaire dans cette affaire et est en détention provisoire depuis juin 2021, mais il a contesté ces accusations plusieurs fois devant la justice. Cédric Jubillar reste, lui aussi, présumé innocent jusqu’à l’issue de l’affaire.

Source: Lire L’Article Complet