Affaire Alexia Daval : l'attitude manipulatrice de Jonathann a intrigué les enquêteurs

Jugé depuis le 16 novembre pour le meurtre de son épouse Alexia, Jonathann Daval a vu son attitude ambigüe être décortiquée lors du premier jour d’audience. Les écoutes de ses conversations téléphoniques ont mis en lumière ses manipulations et ses mensonges.

Poursuivi pour le meurtre de son épouse, Alexia, en octobre 2017, Jonathann Daval est jugé depuis le 16 novembre devant la cour d’assises de la Haute-Saône, à Vesoul. Son attitude manipulatrice a été au coeur de cette première journée d’audience marquée par le passage à la barre de plusieurs enquêteurs. Ces derniers, qui ont rapidement soupçonné Jonathann Davan après la disparition de sa femme, ont expliqué que les écoutes de ses conversation téléphoniques les avaient conforté dans leurs doutes. Comme le rapporte le Parisien, l’accusé aurait adapté son attitude à ses interlocuteurs. Ses larmes, il les réservait exclusivement à ses beaux-parents.

Durant trois long mois, jusqu’à ses aveux du 30 janvier 2018, Jonathann Daval s’est enferré dans ses mensonges. Fidèle à son image de mari éploré, il s’épanche longuement au téléphone auprès d’Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, les parents d’Alexia. Un élément toutefois trouble les enquêteurs, Jonathann ne pleure au téléphone qu’avec eux. Une duplicité qui va même plus loin, les policiers précisent par écrit dans leur rapport que Jonathann Daval va jusqu’à moduler sa voix lorsqu’il parle à ses beaux-parents.

Manipulateur, jusque devant les caméras

Rétrospectivement, cette image de veuf éploré va glacer la France entière. Lors d’une marche blanche en l’honneur d’Alexia quelques jours après la découverte de son corps, Jonathann Daval était apparu dévasté devant les caméras de télévision, le visage déformé par les larmes, soutenu par ses beaux-parents. “On n’a rien décelé de tous ses mensonges, aussi bien avant le drame qu’après. (…) Il agissait comme un vrai mari éploré.”, a confié Jean-Pierre Fouillot, le père d’Alexia, dans un entretien à France Info. Il encourt aujourd’hui la réclusion criminelle à perpétuité.

Crédits photos : Bruno Grandjean / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet