41e féminicide: un homme tue sa femme d'un coup de carabine et se rend à la police

A Suresnes (92), le 9 juin dernier, une femme a été tuée par balle par son mari. L’homme s’est rendu au commissariat, s’accusant du meurtre.

Restez informée

Il n’y a eu ni cris, ni pleurs, juste une détonation. Le récit glaçant et effroyable d’un voisin, raconté par Le Parisien, laisse imaginer l’horreur. Les faits se sont déroulés à Suresnes (92), aux portes de Paris, le 9 juin dernier. C’est le meurtrier présumé qui a lui même prévenu les secours. Il s’est rendu au commissariat pour avouer le meurtre de son épouse à leur domicile. Les services de secours, intervenus rapidement, ont découvert le corps d’une femme, blessée par balle, au niveau de la poitrine. Malgré leurs tentatives pour la réanimer, ils ne sont pas parvenus à la sauver. Agée de 37 ans, mère d’un petit garçon de 14 mois, la victime est décédée sur place. Une carabine a été retrouvée à côté d’elle. Selon le quotidien, l’enfant vit depuis plusieurs semaines chez les grands-parents de la victime. Ils en avaient la garde. Selon un voisin, “c’est parce qu’elle voulait le quitter qu’il l’a tuée.” Il dit également avoir auparavant déjà croisé l’homme avec son fusil, pensant qu’il disposait d’un port d’armes. Son épouse, quant à elle, affirme n’avoir entendu aucune dispute le jour du crime.

Placé en garde à vue, le mari a depuis été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint et placé en détention, ajoute le collectif féminicides par compagnons ou ex. Il aurait expliqué à la police que son épouse venait de lui annoncer qu’elle “menaçait de le quitter” et “partir avec son fils après l’avoir trompé avec un autre homme”, a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête.

A lire aussi: 40e féminicide: le corps sans vie d’une femme de 47 ans, frappée et étranglée, retrouvé à son domicile

Source: Lire L’Article Complet