Pellicules : les conseils de Michel Cymès pour s'en débarrasser définitivement

Qu’elles soient grasses ou sèches, les pellicules peuvent devenir un véritable enfer lorsque l’on n’arrive pas à s’en libérer. Découvrez les conseils et astuces de Michel Cymès pour leur dire adieu une fois pour toutes.

Restez informée

C’est dans sa chronique “Ça va beaucoup mieux” sur RTL que Michel Cymès a délivré ses meilleurs conseils pour combattre l’apparition (parfois durable) des pellicules.

Tout d’abord, le médecin vous conseille de déterminer le type de pellicules qui vous pose problème : sont-elles grasses ou sont-elles sèches ? Pour le savoir, il va falloir observer les signes que vous envoie votre cuir chevelu. Les pellicules grasses sont plus larges que les sèches et s’accrochent aux racines des cheveux, aussi le cuir chevelu peut vous démanger fortement. Les pellicules sèches, au contraire, sont plus fines et tombent seules sur les épaules, en quantité parfois astronomique, mais votre crâne ne vous gratte jamais ou rarement.

Alors que faire ?

Selon Michel Cymès, il existe plusieurs solutions miracles pour venir à bout de ces vilaines pellicules. Si les vôtres sont sèches, il serait bon d’opter pour une alimentation ou des compléments alimentaires riches en oméga 3 (huile de colza, poissons gras…) afin de combattre la sécheresse cutanée qui provoque ces pellicules. SI vous avez l’habitude des colorations, choisissez-les naturelles et sans oxydants de préférence.

Si, au contraire, vos pellicules sont de nature grasses, la recommandation principale du médecin, est de calmer le jeu avec son sèche-cheveux. En effet, l’air chaud utilisé pour sécher vos longueurs active la production de sébum qui provoque l’apparition de ce genre de pellicules tout particulier. On évite aussi tout ce qui peut “serrer” le crâne et empêcher la peau de respirer : les casquettes, bonnets, chapeaux et foulards sont à remettre au placard le temps de soigner le cuir chevelu. Enfin, les températures basses et humides jouent aussi un rôle dans l’aggravation des pellicules grasses, on se protège donc de ces variations de températures en attendant le printemps !

Source: Lire L’Article Complet