Raphaël Enthoven et « l’étonnant zizi » de Nicolas Sarkozy : l’ex de Carla Bruni ose !

Pour sa première pièce L’École des dames, Raphaël Enthoven offre une parodie en trois actes de L’École des femmes de Molière. Le jeune philosophe ose grâce à l’alexandrin qui lui permet de “tout dire”.

A propos de


  1. Carla Bruni-Sarkozy


  2. Raphaël Enthoven


  3. Nicolas Sarkozy

Déjà son roman Le Temps gagné, en librairie en août 2020, avait fait du bruit. Raphaël Enthoven y égratignait ses proches sous couvert de fiction, son père Jean-Paul Enthoven et son ex Carla Bruni en première ligne. Cette dernière, mère de son fils Aurélien Enthoven, 19 ans, n’avait par ailleurs pas manqué de réagir, rapidement suivie par Nicolas Sarkozy, très agacé par une description des fesses de son épouse dans l’ouvrage. Cette fois-ci, c’est de l’anatomie de l’ancien président de la République que le philosophe s’est amusé.

“Je ne parle pas de Nicolas Sarkozy/Dont on sait la vigueur et l’étonnant zizi”, écrit Raphaël Enthoven dans sa première pièce, L’École des dames, comme repéré par L’Express. L’ancien compagnon de Carla Bruni semble décidé à ce que son texte fasse à nouveau réagir. Qu’importe, pour lui l’alexandrin lui offre la possibilité d’oser. “C’est le miel de l’absinthe. On peut tout dire dès lors qu’on le met en alexandrin”, se réjouit-il. Dans cette parodie en trois actes de la célèbre pièce de Molière, le fils de Jean-Paul Enthoven évoque aussi l’affaire Griveaux. “Je ne reviens pas sur le Benjamin Griveaux/Dont le sort est si triste que le membre si beau…”, peut-on lire. Sa carrière brisée par cette affaire, le politique risque de ne pas pouvoir en rire de si tôt.“Heureusement qu’il y a l’alexandrin pour sauver ce vers désolant”, estime-il.

Tout le monde en prend pour son grade

Dans L’École des dames, le trio théâtral doit répéter les scènes du vrai texte de Molière avec des “répliques piquantes” de notre époque. Un jeu qui, à en croire les premiers extraits, a beaucoup amusé l’auteur. Raphaël Enthoven y évoque les nouveaux rapports entre les sexes, trois siècles et demi après l’original. Et si le mâle cisgenre en prend pour son grade, il n’épargnerait pas non plus les néoféministes et la cancel culture, à en croire nos confrères. Quant à une éventuelle mise en scène de la pièce, il confie qu’il “adorerait” et qu’il “y travaille”.

Crédits photos : Bertrand Guay/Panoramic/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet