« Quelle rigolade ! » : Jean Imbert épinglé pour son côté « bling-bling »

S’il a réalisé son rêve en succédant à la tête d’Alain Ducasse au Plaza Athénée, Jean Imbert est toujours la cible de critiques dans le milieu gastronomie, où certains chefs ne digèrent ni son ascension, ni son côté “bling-bling”.

Depuis sa victoire à Top Chef, en 2012, rien ne semble résister à Jean Imbert. Déjà chef cuisinier dans quatre établissements et ami de toutes les stars, il réalise un rêve en juin en prenant la suite d’Alain Ducasse à la tête des cuisines du prestigieux Plaza Athénée. Un succès auquel il manque toutefois un ingrédient important : la reconnaissance de ses pairs. Car la trajectoire inédite du chef venu de la télé-réalité irrite certains au plus haut point.

“Jean Imbert est un déshonneur pour la haute gastronomie française”, tranche par exemple un chef trois étoiles, interrogé par M, le magazine du Monde. Dans le milieu, les critiques sont loin d’être tendres : “Il n’a ni le CV ni l’expérience nécessaire pour une telle place. Je ne dis pas qu’il n’a pas de talent, encore que, mais il y a des centaines de chefs plus expérimentés que lui, plus travailleurs. Il aime le bling-bling, les gens connus, l’argent“, lâche François-Régis Gaudry, animateur de la deuxième partie de soirée de Top Chef.

Mêmes attaques salées chez Emmanuel Rubin, critique au Figaro : “Le mec qu’on ne voit jamais en cuisine et qui pose déguisé en tablier pour l’occasion, mais quelle rigolade, raille-t-il. Il ne veut pas mettre une toque aussi ? On dirait le Louis de Funès du Grand Restaurant ou de L’Aile ou la cuisse. Il lui est arrivé un grand malheur, gagner Top Chef. Après, il n’a plus travaillé“, estime-t-il, avant de conclure sur une formule saignante : “son meilleur plat, c’est son compte Instagram“. Sans oublier cette autre attaque d’un journaliste spécialisé, qui compare son arrivée au Plaza Athénée à “une star du beach soccer transférée au PSG”.

Jean Imbert défendu

Mais Jean Imbert, qui assume “ne pas être du sérail“, peut heureusement compter sur de nombreux alliés. “Jean va mettre fin à cette cuisine élitiste, hyperchère, que personne ne comprend, rassure Yves Camdeborde. À mon sens, il peut marquer l’histoire de la gastronomie“. Au Plaza Athénée, on reste confiant : Oui, le costume est peut-être un peu trop grand pour Jean à l’heure qu’il est, mais on va l’aider“, assure François Delahaye, le directeur général, qui n’oublie pas le grand atout du chef des stars : “Plus on parle de Jean, mieux c’est pour nous.

Crédits photos : Veeren Ramsamy-Christophe Clovis / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet